Archives des mot-clefs : social business

Philomène, une initiative originale au service du « bien vieillir »

11 nov

« La vie, c’est comme la bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre » : c’est parce qu’il est essentiel d’avoir un projet pour bien vieillir que Philomène existe. Cette entreprise est finaliste du concours « la Fête des Services » dont les résultats seront dévoilés le 24 novembre. 

S’il n’y a pas d’âge pour faire des projets, il est plus facile, à un certain âge, d’être accompagné. Philomène est une agence spécialisée dans les loisirs et activités culturelles à domicile pour les seniors, conçue sur le modèle des services à la personne.

Il s’agit de la première structure qui construit pour les seniors, et avec chacun d’eux, un projet individuel et sur-mesure : écrire un livre, prendre des cours d’informatique, de langue ou de couture, organiser une fête…

Philomène a été créé par Mathilde Barba Sabbagh, énarque, chef d’entreprise industrielle, qui décide de développer sa société de services. Elle sait que poursuivre des projets embellit la vie au quotidien ; elle veut que les seniors partagent avec les jeunes générations. Aujourd’hui s’est construite autour d’elle une équipe d’intervenants qualifiés.

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print

La 3e garden party Sciences Po du 24 juin : un cru « éqo »-convivial

23 juil

Street-party-SciencesPoPour sa 3e édition, la garden party annuelle des Alumni n’a pas dérogé à sa réputation festive. Mais cette année, au moment de se dire au revoir, de rendre la rue au public, de vider verres et assiettes… donc de jeter fromages et charcuteries restants, une voix qu’on n’avait pas l’habitude d’entendre s’est élevée : celle de Xavier Corval, vice-président du club ESS Sciences Po, fondateur d’Eqosphère…

« Très sincèrement, quand j’ai vu que toute cette nourriture allait finir à la poubelle, je n’ai pas pu laisser faire ! Je suis allé voir Audrey Marzouk, la directrice de la communication de l’Association des Sciences Po, organisatrice de l’événement, et lui ai expliqué qu’avec un tout petit process très simple, on pouvait faire beaucoup pour des personnes qui ne mangeaient pas à leur faim… Elle a très vite été convaincue. » C’est alors que tout le monde a troqué le sac poubelle pour le papier alu, l’amoncellement des sacs sur le trottoir pour l’alignement des petits paquets dans le local, le laisser-aller machinal pour la responsabilité solidaire. Le lendemain, un responsable associatif du réseau Eqosphere est passé pour prendre les surplus non consommés et les acheminer vers deux associations, « Action Froid » et « La Marmite », qui ont pu les redistribuer dans la journée à des personnes en grande précarité.

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print

Socialter, le magazine de l’économie nouvelle génération lancé par un alumni

16 oct

En kiosque depuis fin septembre parmi la multitude de titres de presse économique, le magazine Socialter arbore une couverture vert fluo détonante. Son ambition ? Redonner des couleurs à l’économie.

APERO-socialterLe 9 octobre 2013, le Groupe ESS Sciences Po organisait son premier apéro au nouveau café « Monde & Médias », place de République. L’occasion d’y célébrer le lancement de Socialter, un nouveau magazine 100% dédié à la social-économie et aux innovations à impact social et environnemental positif.

Alors que les médias relayent sans relâche la morosité ambiante, Socialter apporte la preuve qu’un autre monde est en marche. Pour Olivier Cohen de Timary, alumni Sciences Po promo 2010, « il suffit de regarder du côté des entrepreneurs sociaux, des associations, des ONG, mais aussi de certaines grandes entreprises : chaque jour, tous ces acteurs créent des solutions innovantes et construisent une économie réconciliée avec le progrès social ». Après plusieurs voyages à la rencontre d’entrepreneurs du changement et deux ans passés en banque d’affaires, il lance un magazine bimestriel de 100 pages novateur et financé en partie par plus de 200 internautes.

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print

Eqosphère, plate-forme de revalorisation des surplus et invendus créée par des Alumni Sciences-Po

12 juil

Eqosphere-logoLe 24 avril 2013, un Apéro Sciences Po-ESS a été consacré  à Eqosphère. Plateforme web en B-to-B, elle vise à optimiser et systématiser la revalorisation des stocks d’invendus et des surplus. Cette social business start-up croise ainsi innovations technologiques, sociales environnementales et sociales.

Chaque jour, les invendus et excédents alimentaires et non alimentaires de la grande distribution, des usines, de la restauration, des services publics, des producteurs… s’accumulent et finissent, pour des raisons diverses, à la poubelle. Cette situation, en plus d’être inacceptable du fait du gâchis qu’elle signifie, génère des coûts importants, alors qu’il existe une demande croissante pour ces surplus : associations, destockeurs, spécialistes de la transformation des invendus, etc.

Les créateurs d’Eqosphere ont donc élaboré une plateforme web et mobile qui connecte l’offre et la demande entre tous les acteurs professionnels : en quelques clics, l’interface trouve le chemin (B to B, B to Associations et B to Governement) le plus approprié pour que chaque acteur puisse gérer, vendre, donner ou acquérir ces surplus.

«Eqosphere est un réseau intelligent qui simplifie, organise et optimise la revalorisation » explique son fondateur, Xavier Corval (DEA Sciences Politiques, 1999). Elle a déjà commencé à valider ses objectifs : équiper les acteurs ; démultiplier les transactions ; contribuer aux politiques publiques de l’environnement et de la solidarité.

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print