Archive | Philanthropie Fil RSS de la catégorie

« A qui profite la philanthropie ? » Les vidéos du colloque

28 fév

Le colloque A qui profite la philanthropie ? Regards critiques était organisé par le CerPhi (Centre d’Etude et de Recherche sur la Philanthropie), le Crédit Municipal de Paris et le réseau Aci, en co-production avec le groupe ESS Alumni SciencesPo et ETHYKA Research.

Le colloque a eu lieu  le 7 octobre 2015 et les vidéos des interventions sont désormais disponibles.

Analyse comparée de la culture philanthropique
dans 10 pays européens

Par Laurence de NERVAUX, Responsable de l’Observatoire de la Fondation
de France

Témoignage

Pascal VINARNIC, Entrepreneur et philanthrope, Fondation DEMETER

 

 

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print

Fondation Demeter : apprendre
à semer pour récolter

7 oct

En sortant d’HEC en 1983, Pascal Vinarnic intègre Bain & Company, dont il devient partner. En 1992, il crée sa propre structure d’investissement, Ceres Finance, spécialisée dans la gestion de fonds dans le secteur des technologies. En 1994, il crée la fondation Demeter avec la volonté d’appliquer à l’investissement social les méthodes qui font leurs preuves dans le capital investissement : l’octroi de fonds mais à condition qu’ils soient associés au renforcement des ressources humaines, des savoir-faire, du suivi et de la mesure de l’impact. Cette approche s’inscrit dans un mouvement général de projets accompagnés, consacré en 2004 par la création de l’European Venture Philanthropy Association (http://evpa.eu.com), qui regroupe aujourd’hui plus de 180 membres ayant plusieurs centaines de millions d’euros sous gestion.

Quelle est la vocation de la fondation Demeter ?

Pascal VinarnicElle promeut des programmes humanitaires conduits par des entreprises sociales et solidaires, des associations ou des ONG en aidant ces acteurs à professionnaliser leur fonctionnement, leur accès à des financements et à pérenniser leurs ressources.

Aux côtés des pouvoirs publics, des bailleurs institutionnels et des acteurs de la philanthropie traditionnelle, nous recherchons de nouveaux modèles économiques de soutien à la création d’emploi et à la réinsertion sociale en privilégiant des projets pérennes, évaluables selon des indicateurs simples tant économiques que sociaux (taux de remboursement, indice de non-récidive, présence effective des enfants à l’école…) et visant à une plus grande autonomisation des bénéficiaires. Telle que nous la concevons, cette réinsertion par l’économique fait entrer les bénéficiaires dans un cercle vertueux non seulement pour eux mêmes, puisqu’ils deviennent acteurs de leur devenir, mais pour leur famille ou leur communauté, qu’ils font souvent sortir de la marginalisation et de la précarité.

Telle est la vocation de Demeter, la déesse de la Terre, qui apprit à l’Homme à semer pour pouvoir récolter…

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print

Mieux comprendre les fondations

13 mai

Fondation d’entreprise, reconnue d’utilité publique, de coopération scientifique… Difficile de s’y retrouver ? Quelques explications pour voir plus clair dans ce statut qui fait partie de l’économie sociale.

logo centre francais des fondationsUne fondation est « l’acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l’affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif » (loi du 23 juillet 1987 sur le mécénat). En 2011, elles étaient au nombre de 2733 – hors fondations abritées par l’Institut de France –, selon l’Observatoire de la Fondation de France et le Centre français des fonds et fondations.

Au cours des années 1990, plusieurs textes ont précisé cette définition et détaillé les prérogatives de ces structures, qui se subdivisent en fondations :

  • reconnues d’utilité publique (617 en 2011)
  • abritées (901 en 2011)
  • d’entreprise (293 en 2011)
  • de coopération scientifique (31 en 2011)
  • partenariales (12 en 2011)
  • universitaires (27 en 2011)
  • hospitalières.

A celles-ci s’ajoutent les fonds de dotation, créés par la loi de modernisation de l’économie de 2008, qui permettent notamment de redistribuer les revenus du fonds en vue d’assister une personne morale à but non lucratif (par exemple une fondation ou association) dans l’accomplissement de ses missions d’intérêt général. Bien que récents, ils sont déjà plus de 800, car ils allient la souplesse de création et de fonctionnement des associations et la capacité financière et juridique des fondations et associations reconnues d’utilité publique.

Focalisons-nous sur les 3 premiers types de fondation, qui sont les plus nombreuses.

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print