Archive | ESS en général Fil RSS de la catégorie

L’ESS et les villes de demain – Conférence à Sciences Po

25 avr

Le 23 mars 2016, les associations Sciences Po Environnement et Noise Changemakers Sciences Po, en partenariat avec le NOISE Dauphine, organisaient une conférence-débat sur le thème des « Villes de demain ». Les enjeux étaient de présenter aux étudiants les différentes perspectives de développement durable en ville, à la croisée de ses dimensions économiques, sociales, environnementales et géographiques. L’occasion d’engager une discussion et de faire se rencontrer des acteurs investis dans cette réflexion sur la transition urbaine en marche.

A ce titre, quatre professionnels sont venus partager leur expérience et confronter leurs points de vue sur leur vision respective des villes de demain. L’amphithéâtre Jacques Chapsal a ainsi accueilli Vincent Callebaut, architecte écologiste et visionnaire, notamment designer du projet «  Paris Smart City 2050 » commandé par la Ville de Paris, Catherine Simon et Henri Bureau, respectivement coordinatrice nationale des Incroyables Comestibles (IC) et  urbaniste fondateur de l’antenne des IC d’Albi, et Edith Akiki,  ingénieure responsable du pôle éco-quartiers et ville durable à l’Institut Tribu.

La ville de demain vers une révolution écologique et technique

1604_VillesDeDemainPour l’architecte Vincent Callebaut, la ville de demain est avant tout une ville « archibiotique », dont les principes de construction et d’aménagement, imitant la nature, doivent également être l’occasion de repenser totalement nos modes de vie. Son projet pour Paris 2050 incorpore les dernières innovations technologiques en termes d’énergie positive et s’accompagne d’une réflexion sur la mutation des bâtiments parisiens afin qu’ils produisent une énergie décarbonée.

Par ailleurs, la végétation doit y occuper une place centrale dans la mesure où les façades végétales atténuent les fortes chaleurs urbaines, tandis que la photosynthèse produite par les plantes permet aux bâtiments de présenter un bilan neutre en matière d’émissions de gaz à effet de serre. La ville de demain se repense ainsi comme un système métabolique intelligent capable de s’auto-réguler.

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print

OnPurpose forme les leaders de l’économie sociale et solidaire

27 sept

OnPurpose organise un programme de leadership social pour de jeunes professionnels qui souhaitent (ré-)orienter leur carrière et développer leurs compétences pour créer une nouvelle économie équitable et durable. Ce programme d’un an, destiné aux jeunes cadres avec 3 à 7 ans d’expérience allie pratique en entreprise et formation, au sein d’une promotion réduite de 20 « Associés ».

OnPurpose est une entreprise sociale, créée à Paris en 2014 comme franchise locale d’un modèle lancé  à Londres en 2009, et qui rencontre  un vrai succès. Grâce à son  programme « Associés », l’entreprise construit  une  communauté de professionnels qui ont la volonté de travailler dans des organisations où les décisions ne sont pas seulement basées sur le profit, mais aussi sur le sens.

Basic CMYK

Les candidatures pour la troisième promotion d’Associés sont ouvertes jusqu’au 12 octobre 2015

Ce programme a été conçu à Londres par Tom Rippin, qui avait lui même fait une transition de carrière de McKinsey au monde des ONG. Il a voulu transmettre cette possibilité et a donc conçu un programme qui joint le développement professionnel, comme dans les meilleurs cabinets de conseils, à l’insertion dans des organisations d’économie sociale et solidaire. Les cadres motivés par la résolution des  problèmes sociaux et environnementaux ont ainsi à leur disposition l’espace, la stimulation et les réseaux nécessaires pour orienter différemment leur carrière.

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print

Philomène lauréat du « Prix des Services aux seniors » de la Fête des Services

28 nov

Après une sélection parmi 200 candidats, une audition par le jury puis le vote de 4000 internautes, «Philomène» a été désigné lauréat de la Fête des Services, dans la catégorie « Services aux seniors ».

Avec l’âge, les seniors ont besoin d’être épaulés, accompagnés, encouragés… Créé en février 2013, Philomène a imaginé un nouveau métier, celui de faire émerger les rêves et les talents enfouis des seniors. Avec une approche sur-mesure, Philomène permet aux seniors de construire des projets personnalisés à domicile (cours de cuisine, rédaction de livre…) et de rencontrer des personnes de toutes les générations qui partagent la (les) même(s) passion(s).

Actuellement disponibles à Paris, les services Philomène vont bientôt se déployer en régions (dix villes de France en 2015 et vingt villes en 2016).

Mathilde Sabbagh, énarque, chef d’entreprise industrielle, a décidé de développer sa société de services : « Philomène embellit la vie des seniors, explique-t-elle. Pour être en vie, il faut avoir envie ! J’ai créé Philomène parce que je crois qu’il est essentiel d’avoir un projet en se levant chaque matin et que cela aide les seniors à bien vieillir. Avec Bérengère de la Bigne et toute l’équipe, Philomène connecte le cœur et le cerveau : le cœur par la bienveillance, l’écoute… le cerveau par la stimulation cérébrale. »

PhilomèneremisedesprixLe 24 novembre, Christian Nibourel, Président du GPS (Groupement des Professions de Services) et Viviane Chaine-Ribeiro, Présidente du jury de la Fête des Services et Présidente du Syntec ont dévoilé le palmarès de la Fête des Services 2015. La cérémonie s’est tenue à Paris en présence de nombreuses personnalités politiques et de professionnels des services.

Cinq prix, un par catégorie, ont été décernés : Prix des Services qui simplifient la vie quotidienne des Français, des Services aux entreprises, des Services innovants et créatifs, des Services aux seniors, des Services des acteurs publics ; un « Grand Prix Services Avenir » récompense un service innovant, porteur des valeurs de l’excellence et ayant un impact significatif sur la société française. Tous les lauréats peuvent bénéficier d’un rendez-vous d’analyse et de conseil avec un expert de Bpifrance. L’intégralité du Palmarès est disponible sur www.lafetedesservices.fr.

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print

Innovation sociale : partout dans le monde, et aussi à Charleston ! (2)

23 nov

Nos sociétés modernes semblent en pleine mutation, ce qui fait émerger une multiplicité de pratiques très différentes, prometteuses et fascinantes. Les lignes bougent et les mentalités évoluent. De quoi parlons-nous exactement ? D’une nouvelle manière de penser l’économie.

unreasonable-people

Du « plus, plus, plus » au « mieux, mieux, mieux »

Au niveau international, il n’existe pas encore de consensus clair sur ce que l’économie sociale et solidaire recouvre. Ainsi, à travers la planète, on retrouve ce concept sous d’autres terminologies. On parle ici ou là d’ « entrepreneuriat social », d’ « entreprise socialement responsable », de « troisième secteur »,
d’ « innovation sociale », ou encore de « nouvelle économie », d’ « économie verte, responsable, positive »… Sa définition internationale est à venir : les Rencontres du Mont-Blanc, forum international des dirigeants de l’économie sociale et solidaire, fondé en 2005,  membre observateur du groupe de travail des agences intergouvernementales des Nations-Unies consacré à l’ESS, le définit comme « une autre façon d’entreprendre pour concilier efficacité sociale, civique, environnementale et économique, (…) en lien avec l’objectif global de développement durable« .

En Amérique du Nord, le terme « économie sociale et solidaire » est relativement peu connu et très peu utilisé, sauf dans la petite communauté de think tanks et d’instituts de recherche, notamment au sein de la Harvard Business School où le concept a pris forme. Sa compréhension par le grand public américain est encore faible. J’ai pu facilement vérifier à Charleston le  manque de pénétration de ce concept. Pas une seule personne que j’ai interrogée, depuis mon arrivée dans cette ville, n’en avait entendu parler, qu’elle soit autoentrepreneur, professeur, ingénieur ou directeur d’association. Elle connaissait par contre le terme « entreprenariat social », tout en n’étant pas capable de le définir. Depuis la loi sur l’ESS de juillet 2014, pour les lecteurs français cette définition est plus précise et claire.

Lire la suite

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Print